Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

SORY KABA ADMINISTRATEUR DU FAISE: « MACKY SALL A BESOIN DE MOINS DE PESANTEURS POLITIQUES »

Posté par: Viseur web| Samedi 24 août, 2013 08:32  | Consulté 1801 fois  |  2 Réactions  |   

Elu avec 65% des suffrages, le président Macky Sall cristallise les espoirs des Sénégalais surtout qu’il est arrivé dans un contexte où les signaux au plan économiques sont au rouge. Chose qui explique qu’il soit très attendu sur le redressement économique qui ne peut se faire sans la gestion « vertueuse » du bien public. Dans cette interview, Sory Kaba, Administrateur général du Fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (FAISE), compare la mission de Macky Sall avec celle de ses prédécesseurs. Prenant la pleine mesure des urgences, ce cadre républicain au service des Sénégalais de l’extérieur lance un cri du cœur pour inviter les responsables politiques à s’accorder autour de l’essentiel au nom de servir la république qui doit être placée au-dessus des contingences partisanes.    Entretien....

 

Comparé à ses prédécesseurs, n’avez-vous pas  comme l’impression que Macky Sall est un président très attendu sur les questions urgentes d’ordre social et économique ?

Macky Sall et ses prédécesseurs, ils ont de commun d’avoir été présidents de la République du Sénégal, de profils et parcours différents. Chacun ayant marqué à sa manière le peuple. Senghor a réussi à offrir une visibilité au Sénégal dans la sphère internationale, avec une tare, un manquement lié au déficit de démocratie intégrale car nous vivions à l’époque des quatre courants : socialisme, marxisme léniniste, conservateur et libéralisme. Le président Abdou Diouf a réussi a approfondir la démocratie sénégalaise à travers sa fameuse déclaration : « diaka angui, koumouna nod nodal.» D’où la démocratie intégrale ou le multipartisme intégral. Et dans ce sillage, on a vécu avec lui la pratique des gouvernements de majorité élargie. Ce qui nous posait une instabilité démocratique à chaque fois que le Parti démocratique sénégalais (PDS) quittait le gouvernement à la veille des élections. Pendant cette même période, au plan économique, nous avons vécu et subi les politiques d’ajustement structurel qui ont eu comme conséquences un secteur informel qui est devenu le réceptacle naturel de la jeunesse sénégalaise. Abdoulaye Wade a eu la chance, avec les mesures d’austérité que le peuple a subies, d’hériter d’un Etat debout avec des finances publiques assainies. Mais malheureusement, 12 ans plus tard l’émergence de notre économie tant rêvée est tombée à l’eau.

La gestion vertueuse du pays qui est à l’origine de la traque des biens supposés mal acquis n’est-elle pas, selon vous, un obstacle à l’envol économique dont on fait part actuellement?

 

On ne peut pas développer aujourd’hui notre pays sans la restauration des valeurs liées au civisme, au culte du travail, à la bonne gouvernance, à la justice sociale, etc.. Et c’est sur ces fondements que les chantiers de redressement du pays sont assis. Ces redressements nous ont valu aujourd’hui un reprofilage de la dette du Sénégal. Le déficit public de l’Etat est passé de 8,5% en 2012 à 5,8% aujourd’hui. Cela veut dire que la dette intérieure du Sénégal représentait 300 milliards multipliés par 8,5%. Et malgré cette situation, le monde rural a reçu en 2012, 42 milliards pour l’achat d’intrants et de semences, 24 milliards pour les vivres de soudure pour éviter la famine dans le monde rural, 3,2 milliards pour le cheptel.

Toujours dans la voie du redressement, une rationalisation des ressources publiques a entrainé la suppression de 54 directions, agences et structures assimilées.

Sur la question de l’emploi, un fort lien est trouvé entre l’agriculture avec le programme national d’investissement agricole et la spécialisation professionnelle des jeunes. C’est à ce niveau que l’engagement électoral de créer 350 mille emplois sera respecté.  Il s’y ajoute que le Sénégal, par manque de vision, n’a jamais dans le passé financé son développement. Aujourd’hui, le FONGIP, le FONSIS et la BNDE sont des mécanismes de financement du développement qui permettront au secteur privé de répondre à la forte demande d’emplois des jeunes car c’est le secteur privé qui doit répondre à la forte demande d’emploi. Dès lors que l’Etat a réuni les conditions pour lui. C’est l’occasion de féliciter le Président de la République et son gouvernement du renoncement de 29 milliards de ses recettes représentant l’impôt sur les revenus redistribués aux fonctionnaires.

Il y a aussi que la polémique récente entretenue par les différents responsables de l’APR est de nature à plomber l’efficacité du chef de l’Etat en matière de mise en œuvre du programme « Yonu Yokuté ».

L’opinion est, de notre condition d’existence politique, qu’il va falloir convaincre de la claire vision et des ambitions nobles que le Président de la République a pour le pays. Un parti au pouvoir doit défendre les hommes qui sont au pouvoir et non les affaiblir. Aujourd’hui l’APR est son propre adversaire politique car l’opposition n’existe pas réellement au Sénégal. Il faut que les responsables de l’APR arrêtent leur guerre de positionnement. Le pays a besoin d’un Président de la République avec moins de pesanteurs politiques comme les urgences en appellent. Le citoyen sénégalais est devenu plus exigent, ce qui est la marque d’une forme de démocratie délibérative. Le peuple a envie de participer directement à la gestion de la chose publique et non être représenté. Il urge, pour les différents responsables de l’APR, de comprendre ce changement de paradigme.

 L'auteur  viseur web
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Sory Kaba, Faise, Macky Sall
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
CISSE En Août, 2013 (16:30 PM) 0 FansN°:1
bonjour Mr Kaba

aujourdh'ui le Senegal notre tres cher pays est dans une phase de renconstruction d'elargissement et d'ouverture. A cela s'ajoute d'inombrombable problemes ( energétiques, alimentaire , transport et une vertigineuse speculation fonciere) a cela s'ajoute aussi des taxes des plus eleves de la sous region.

Moi j'aimerai juste revenir sur un point crucial q'est l'ernergie et qui demeure et reste un probleme majeur, autant de gouvernement se sont succédes mais en vain, la location d'energie est certe une des solutions temporaires mais coute au contribuable et a l'etat des sommes faramineuse au bout des quelques mois,
Aujourdh'ui une des solutions des plus simples est d'acheter ou de faire de la location vente; juste un exemple vous louer des generateurs vous acheter le carburant et a la fin on revend l'energie produite a un prix d'or non comptent de cela vous payer des frais d'immobilisation au cas ou touts les generateurs ne marchent pas et je vous demande ou est le benefice de l'etat
arretont cette location qui profite a une minaurité; le senegal regorgne d'ingénieurs de technicien capable une fois des generateurs achetes de les faire tourner sans l'assistance de personnes, juste un tuyaux allons en allemagne voir CUMMINS acheter des generateurs de 1 MW ne ce reste 20 CEla fera au total 20 mw MULTIPLIE PAR 800 cela donnera a peu le nombre de foyers quipeuvent etre electrifier
certes le reseau est vestute voila justement un moyen de le conterner sans...
Anonyme En Août, 2013 (10:01 AM)0 FansN°: 1009562
Monsieur Cissé,

votre contribution est enrichissante. elle va en confirmant que vous maitrisez la problématique que vous abordez. ainsi tt le monde y gagne, sans polémique aucune.
sur cette même question, bientôt une centrale au solaire sera inaugurée pour approvisionner les bâtiments administratifs en commençant par le palais. l'option du mixe énergie est plus que nécessaire dans notre pays. il s'agit de solutions durables à un problème qui n'a que trop duré. mais dans le même sens que celui que vous indiquez, le gouvernement et le Président de la république se sont déjà engagés dans une voix qui nous sortira de l'ornière en combinant l'énergie solaire (inépuisable dans notre pays) à la conventionnelle.

bien à vous

Ajouter un commentaire

 
 
viseur web
Blog crée le 24/08/2013 Visité 192281 fois 25 Articles 655 Commentaires 12 Abonnés

Posts recents
CONSEILS DES MINISTRES DÉCENTRALISÉS DE ST LOUIS À DAKAR : OÙ EN EST-ON DES ENGAGEMENTS ?
La Renaissance Sénégambienne !
Le jeu politicien ou l\'art de perdre en politique
Recrudescence de la Violence : Et si on était tous responsables ?
Le Coup de Gueule de NITDOFF sur l\'Affaire Maitre GIMS et le Stade Demba Diop
Commentaires recents
Les plus populaires
Dip Doundou Guiss en concert, une vraie bête sur Scène
Le Coup de Gueule de NITDOFF sur l\'Affaire Maitre GIMS et le Stade Demba Diop
Youssou Ndour en scooter parle de son nouvel album Senegaal Rekk
Pour avoir mal géré le dossier TARRAF, Yann de Nanteuil viré de la tête de la Sgbs....
Cette scène entre ce charretier et son cheval va vous surprendre